« A eLles, Eux, Paix ! » : une exposition de photographies en hommage à Alep

Affiche de l'expo d'Ammar Abd Rabbo

Affiche de l’expo d’Ammar Abd Rabbo

Au cœur de Paris, tout près des Invalides, la Galerie Europia, nous entraîne dans un voyage hors du temps avec le photographe Ammar Abd Rabbo. On se laisse porter grâce à lui vers Alep, la ville syrienne oubliée et délaissée à son sort sous les barils d’explosifs largués quotidiennement par les soldats du régime Assad. Des barils qui ravagent tout sur leur passage, mais qui heureusement, ne peuvent effacer l’autre visage d’Alep : la force de résistance de ses habitants, ces civils qui n’ont cessé de lutter pour survivre.

Le grand photographe franco-syrien expose des photographies prises lors de ses derniers voyages dans la ville, depuis le début de la révolution.
Quand on lui demande : Pourquoi Alep ? Il répond : « Alep, c’est la ville symbole, symbole du courage des habitants qui ont pris le choix de ne pas abandonner leur maison. C’est le symbole de ces Syriens qui ont décidé de prendre leur destin en main et qui testent une forme d’auto-gouvernance sans les autorités d’Assad. » Cette exposition est un cri de résistance, un cri pour rappeler la lutte de cette ville oubliée, un hommage aux Alepins courageux qui tentent de vivre leur quotidien malgré la mort qui les envahit.

Ammar Abd Rabbo nous montre en toute objectivité et avec la franchise que seules dégagent des images prises sur le vif, un autre aspect de la guerre en Syrie. Avec ses photos de fillettes rentrant de l’école au milieu de la destruction, d’un jeune vendeur de légumes, et des sauveteurs qui luttent pour sauver des vies, il révèle le contraste entre la vie et la mort, le normal et l’anormal.

Le journaliste-photographe est né en 1966, il s’est déplacé avec sa famille entre la Libye, le Liban et la Syrie pour s’installer finalement à Paris depuis 1978. Il a fait ses études à l’institut des études politiques. Le hasard l’a conduit vers le monde de la photographie, Il a mené une carrière brillante et a créé sa propre agence « Balkis ».
Depuis le début de la révolution syrienne, il n’a cessé de travailler pour montrer la réalité du terrain et témoigner sur la lutte pour la dignité et la justice.

Avec cette magnifique exposition, on entre dans la ville d’Alep, non pas pour voir des militaires et des scènes sanglantes, mais pour admirer la résistance de son éternelle citadelle et l’espoir des civils.
Hommage à Eux, Elles, à Alep… Que la paix revienne un jour !

L’exposition se tiendra à la galerie Europia, 15 rue de Ségur 75007 Paris, jusqu’au 28 novembre.

Par Nemat A.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone