Mohamad Omran, du dessin à la sculpture : les corps s’exposent

Des petites figurines assises posément, les unes un peu avachies sur leurs sièges, les autres les bras ou les jambes croisées paisiblement ; elles ont toutes l’air d’être là depuis des lustres, elles attendent… Toutes ces figurines sont orientées dans la même direction, toutes possèdent une même couleur unie sans variation : soit blanc comme…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Télégramme : Grozny-Paris-Alep

8 ans et 4 mois que je n’ai pas remis les pieds à Grozny. Juin 2009. L’espace urbain et mental était saturé de signes d’abondance et d’allégeance. La normalisation et l’effacement. Les loups, les amazones. Les cicatrices, les fantômes. Les regrets, les remords. Rien  n’était déjà plus perceptible si l’on ne projetait pas son regard…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Stalingrad : prose du matin

La station de métro parisienne « Stalingrad » a été évacuée des migrants, qui normalement sont dirigés vers des centres d’hébergement. La situation de ces réfugiés et de ces migrants dont on ne veut plus, dont on brûle les centres d’accueil ici et là, ces êtres que l’on ne veut plus voir ne laisse pourtant pas tout…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Le néant de Samar Yazbek

Les portes du néant étaient jadis les portes du pays des merveilles, celles des terres de fertilité, de sécurité et d’amour, c’étaient tout simplement, les portes de la patrie. Ainsi, Samar Yazbek a baptisé son dernier roman Les portes du néant. Ce livre n’est pas un témoignage ordinaire, c’est un récit douloureux où se mélangent…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

On achève bien Alep…

Il pleut des bombes sur Alep ! Le dire, le crier, le hurler n’y changera absolument rien, je le sais… Une ville va disparaître ensevelissant ses enfants sous elle. La souffrance y est inimaginable, les habitants manquent de tout : nourriture, médicaments, eau, il subissent des raids d’une violence sans pareil. Un huis-clos d’horreur à ciel ouvert. « On va…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

« Nous gardons espoir, il y aura une fin » : rencontre avec les casques blancs à Istanbul

Alors qu’Alep et ses habitants meurent sous les bombardements acharnés du régime et de l’armée russe, et que la supposée communauté internationale négocie avec Bachar al-Assad, je veux vous raconter ma rencontre avec les héros de la Défense civile syrienne, plus communément appelés « les Casques blancs » (White Helmets). Parce qu’ils représentent la Syrie d’aujourd’hui et…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Al-Kawakibi, un réformateur avant l’heure

À l’occasion de la parution d’un ouvrage de référence, Du despotisme d’‘Abd Al-Rahmân Al-Kawākibi, jusqu’alors inédit en langue française, nous nous devions de présenter l’œuvre et la figure de ce grand réformateur de l’Islam, penseur et fin connaisseur des Lumières qui inspira aussi bien les mouvements nationalistes arabes que les courants socialistes à la fin…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

On n’enterre pas une révolution

Cinq ans de  guerre. Cinq ans de souffrances innombrables. Des villes fantômes, des villages ravagés. Et une terre qui ne boit plus que le sang de ses enfants. Des humains mutilés, mortifiés, au regard vide, Cheminent sur les routes d’un exil sans fin. Des âmes errantes hantent les esprits de ceux qui tentent de survivre…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone