« Eau argentée » : Les fleurs du mal de la tragédie syrienne

Le film s’ouvre sur les images d’un nouveau-né dont on coupe le cordon ombilical au-dessus d’une grossière bassine dans une pièce sombre, suivies aussitôt de celles d’un adolescent dénudé que l’on a sauvagement torturé, recroquevillé dans un coin. Ce sont des instantanés de la vie et de la mort en temps de guerre, la naissance…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone

Hommage à Omar Amiralay

Il est parti laissant derrière lui le déluge qui devait submerger le Baas… Il est parti après avoir salué les deux révolutions tunisienne et égyptienne… Il est parti peu de temps avant le début de la révolution syrienne, comme s’il refusait de voir sa Syrie chérie noyée dans le sang de ses enfants… Il s’agit…

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone