Hammam al-Ward, à Sarouja (vieux Damas)

Entrée de Hammam al-Ward

Entrée de Hammam al-Ward

Le Hammam fait partie intégrante de la culture orientale. On connaît esseniellement les bains turcs, mais peu savent qu’un des plus anciens hammams se trouve en Syrie, au cœur de la vielle ville de Damas dans le quartier de Sarouja. Hammam el-ward est un hammam historique qui a plus de 800 ans. Plus que sa construction, c’est toute une tradition et une culture accompagnant le bain qui aujourd’hui tend à disparaître.

Le Hammam est un lieu unique où les clients allaient pour prendre leur bain, se faire masser, se distraire et discuter. Autrefois, il existait aussi des hammams réservés seulement aux femmes. Elles s’y rendaient pour avoir le plaisir -et le luxe- d’un bain, d’un massage, mais aussi, c’était un lieu où on elles faisaient des rencontres et surtout faisaient connaissances avec les jeunes filles destinées au mariage.
Hammam al-Ward a été construit au XIVe siècle par Amine Sobh, un des princes de Damas, et c’est ce prince qui lui a donné le nom d’Al-Ward, du nom d’un cheikh Mohammad Al-Ward qui habitait dans le quartier à l’époque.

Espace repos Hammam al-Ward

Espace repos Hammam al-Ward

Hammam Al-Ward est composé, comme tous les autres hammams traditionnels, de trois parties : la partie extérieure qui est un grand patio avec des banquettes tout autour et un bassin d’eau au milieu. Ce qui distingue ce hammam des autres, c’est sa grande coupole et ses quatre magnifiques alvéoles.

Coupole du Hammam

Coupole du Hammam

La deuxième partie, celle du milieu, est comme son nom l’indique, la partie intermédiaire entre l’extérieur et l’intérieur, un espace où l’on rééquilibre la température de son corps. Tandis que la troisième partie, c’est la partie intérieure, avec les compartiments pour se baigner, le savon, l’eau dans les jarres…

Partie médiane

Partie médiane

Le directeur du hammam est surnommé le « Moallem », généralement, il s’installe à une table à l’entrée et surveille les affaires personnelles des clients qui les récupèrent à la sortie après avoir payé les frais de leurs bains.

Il y a aussi le « suiveur », c’est lui qui suit le client entre les différentes parties du hammam pour lui donner le savon, les éponges et les serviettes. Mais la fonction la plus élémentaire, c’est celle du masseur qui ne sort guère de la partie intérieure. Enfin, il y a le garçon qui offre le café, thé et friandises aux clients qui ont fini leurs bains et viennent s’installer dans le patio extérieur avec leur narguilé.

Ces moments de détente pour les femmes étaient également des occasions précieuses de manifester leur joie et leur gaieté, pour chanter et danser. Le bain était un lieu de culture et une tradition qui s’évanouit peu à peu….

Par Amal Farid

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone