Khaled Khalifa, auteur et cinéaste syrien

Khaled Khalifa

Khaled Khalifa

Khaled est né dans un petit village près de la ville d’Alep en 1964, il est le cinquième enfant parmi les treize que compte sa famille. Il a fait ses études à la faculté de droit à l’université d’Alep, commençant son parcours littéraire par la poésie dans les années 1980. Ensuite, il a préféré la rédaction des romans et des scénarios pour le cinéma et la télévision.

En 1993, il a écrit son premier roman « Le gardien de la tromperie », et en 2000, « Les cahiers des Tziganes ». Mais son plus fameux livre est celui écrit en 2006 : « L’éloge de la haine », traduit en plusieurs langues étrangères, ce roman était parmi les six romans destinés à remporter le prix Poker de littérature. Paru depuis plus de six ans déjà,  il se place encore sur les listes des meilleures lectures et des meilleurs ventes, car il traite d’un sujet toujours d’actualité : la torture dans les prisons syriennes, bien que les faits racontés dans le roman se déroulent dans les années 1980.

Avant le déclenchement de la révolution syrienne, il avait commencé la rédaction d’un autre texte : « Il n’y a plus de couteaux dans les cuisines de cette ville ». C’est un roman triste qui parle de la vie dans la ville d’Alep et qui raconte comment les rêves de la classe sociale moyenne se brisent face à la dure réalité. Sans rapport direct avec la révolution, néanmoins, ce roman nous explique ce pourquoi les Syriens se révoltent aujourd’hui. Selon Khalifa : « Le drame qui se passe de nos jours en Syrie mérite un énorme courage littéraire, afin de pouvoir raconter et rendre éternel le courage des Syriens ».

Par Amal Farid

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone