L’Ensemble Al-Kindî, l’exigence pour faire revivre la tradition

Discographie Al -Kinndî

Discographie Al-Kindî

Fondé en 1983 par Julien Jâlal Eddine Weiss, virtuose franco-suisse du qânûn (cithare trapézoïdale à cordes pincées munie de résonateurs en peau de poisson), l’Ensemble Al-Kindî, est nommé d’après le grand musicien, mathématicien et philosophe du VIIIe, Abu Yusuf Al-Kindî, père de la théorie scientifique de la musique arabo-musulmane. Passionné par la musique des confréries mystiques soufies, Weiss apprend auprès de grands maîtres égyptiens, irakiens, tunisiens et turcs, et conçoit pour lui-même un qânûn original qui se veut la synthèse parfaite des différences existant d’un pays à l’autre. Echappant ainsi à un académisme figé, il renoue avec des improvisations (taqsim), en maîtrisant toutes les complexités des gammes et des modes orientaux.

D’abord instrumental, le groupe accueille par la suite de grandes voix du chant profane ou sacré : le tunisien Loufti Bouchnak, l’irakien Hussein Ismâïl-al-Azami, les syriens Sabri Moudallal, Omar Sarmini et Adib Daiykh, ainsi que l’hymnode de la Grande Mosquée de Damas, Sheikh Hamza Shakkûr, considéré comme l’un des plus grands interprètes syriens de chants musulmans. Avec ce dernier, il explore la liturgie soufie de Damas et élabore un programme musical rythmé par la danse rituelle des derviches tourneurs. Sheikh Hamza Shakkûr exalte l’amour divin d’une voix profonde. Répondant à ses puissantes invocations divines, les musiciens de l’Ensemble Al-Kindî alternent subtiles arabesques et préludes, tandis que les derviches tourneurs évoluent sur la scène selon un rite immémorial. L’oraison se mêle à la danse et la prière à l’art.

al-kindi-habboush

Le groupe se produit à présent dans le monde entier. Il est considéré comme l’un des meilleurs ensembles de musique classique arabe pour la qualité de son interprétation et la rigueur de son travail sur les traditions musicales classiques du Proche et du Moyen Orient.

Le site officiel

Par Pascale D.

© Ensemble Al Kindî – « Stabat Mater Dolorosa », Hommage chrétien et musulman à Marie
Avec Sheikh Hamza Shakkûr et les Munshidins de la Grande Mosquée de Damas, et le Chœur Byzantin
Tropos d’Athène (Dir. Kostantinos Angelidis)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone