L’Épopée de Gilgamesh racontée par Kinan Azmeh et Kevork Mourad

Gilgamesh, roi de la cité d’Uruk (sud de l’Iraq actuel) vers 2650 av. J.-C., est un personnage héroïque de la Mésopotamie antique. Il est le dieu des enfers dans la mythologie mésopotamienne et le personnage principal de plusieurs récits épiques, dont le plus célèbre est l’Épopée de Gilgamesh.

L’Épopée de Gilgamesh
Elle constitue un ensemble de récits mythiques mettant en scène le roi Gilgamesh. La première version complète de l’Épopée de Gilgamesh fut écrite (en akkadien) vers le 17ème siècle av. J.-C., faisant ainsi partie des œuvres littéraires les plus anciennes de l’humanité.

Gilgamesh et Enkidou en duel, œuvre du sculpteur syrien Wael Tarabieh

Gilgamesh et Enkidou en duel, œuvre du sculpteur syrien Wael Tarabieh

L’Épopée montre Gilgamesh comme un roi dur et intransigeant envers ses sujets. Ces derniers font appel à la déesse Aruru, maîtresse de la cité d’Uruk, pour remettre leur roi sur le bon chemin. La déesse confectionne alors avec de l’argile un « double » de Gilgamesh, Enkidou. À l’image d’Anu (dieu du ciel) et de Ninurta (dieu de la guerre), Enkidou est un homme sauvage, destiné à être le miroir de Gilgamesh, mais à la différence de celui-ci, il est bon.

Gilgamesh et Enkidou se rencontrent en duel au terme duquel, tous deux comprennent leur complémentarité et s’allient pour accomplir de grands exploits. Mais Enkidou meurt par la suite et Gilgamesh, au comble de la tristesse, part à la recherche du secret de l’immortalité auprès d’Uta-Napishtim qui lui fait l’étrange récit d’un déluge. Avant qu’il reparte, d’Uta-Napishtim lui révèle l’existence d’une plante de jouvence. À peine Gilgamesh a-t-il pu se procurer la plante qu’il se l’a fait dérober par un serpent. Il comprend alors que l’immortalité n’est pas dans la nature de l’Homme et qu’une telle quête est vaine.

Le projet « Gilgamesh » tel que présenté par Kinan et Kevork
« Les troubles actuels dont la terre des plus anciennes civilisations est témoin, nous ont encouragés à explorer l’un des récits épiques les plus anciens connus à nos jours. L’Épopée de Gilgamesh est une histoire luxuriante, riche de sens, de romance et d’humour. Nous avons choisi de faire redécouvrir cette épopée à travers la musique et la peinture, d’utiliser ces deux arts en tandem. »

Avec la composition originale pour clarinette de Kinan Azmeh et les illustrations réalisées en direct de Kevork Mourad, l’Épopée de Gilgamesh reprend vie !
Kinan et Kevork ont présenté leur projet au festival « Au-delà de la Machine » (Beyond the Machine) de Juillard et au musée de Chelsea à New York, à la City University de New York, et récemment devant la muraille de la vieille ville de Damas.

De gauche à droite : Kinan Azmeh et Kevork Mourad

De gauche à droite :
Kinan Azmeh et Kevork Mourad

Kinan Azmeh
Né à Damas en 1976, Kinan Azmeh est un clarinettiste et compositeur syrien. Il est diplômé de l’école Juillard de New York (sous la direction de Charles Neidich), de l’Institut Supérieur de la Musique à Damas, et aussi de la Faculté de Génie Électrique de Damas. Kinan prépare actuellement un doctorat à la City University de New York. Salué comme un « virtuose » par le New York Times, Kinan est l’un des musiciens syriens les plus prometteurs. En 1997, Kinan remporte le premier prix à la prestigieuse compétition internationale de Nicolaï Rubinstein à Moscou. Kinan s’est produit comme clarinettiste classique avec plusieurs orchestres réputés mais aussi comme soliste, compositeur et improvisateur notamment à l’Opéra Bastille (Paris), au Tchaïkovski Grand Hall (Moscou), Carnegie Hall, Alice Tully Hall, à l’Assemblée de l’ONU (New York), La bibliothèque du Congrès, au Centre Kennedy (Washington DC), Mozarteum (Salzbourg) et à l’Opéra de Damas. (voir le site officiel)

Kevork Mourad
Né à Alep en 1970, Kevork Mourad est un peintre syrien. Après avoir terminé ses études en Syrie, Kevork a poursuivi ses études supérieures à l’Institut des Beaux-Arts d’Erevan en Arménie. Dès le début de sa carrière, Kevork a développé une technique de peinture spontanée pour laquelle il partage la scène avec des musiciens. Sa première performance en direct fut à la Biennale de Gyumri en 1997 avec le tromboniste David Minassian. Depuis, il se produit avec des musiciens solistes ainsi qu’avec des groupes. (voir le site officiel)

Par Sawsan A.

Extrait de la performance de Kinan est Kevork à New York (2010)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone