Les Traversées syriennes sur la Péniche pour la Paix #4

Escale #4 : Lumières sur la Ghouta

« Ghouta », le mot signifie « le verger », une oasis de verdure et d’arbres fruitiers entourant la capitale de Damas. La Ghouta est constituée de deux parties, la Ghouta occidentale, rebelle, est déjà tombée entre les mains du régime Assad après des attaques terribles en août 2016. La Ghouta orientale, elle, a connu les manifestations pacifiques en 2011, puis la rébellion armée. Différentes factions se sont disputé régulièrement son contrôle militaire. Cette zone a subi cinq années de siège draconien, des bombardements incessants, dont l’attaque chimique au gaz sarin en août 2013.

Depuis le 18 février dernier, la Ghouta orientale occupe de nouveau tristement l’actualité : prise d’assaut par le régime syrien appuyé par l’aviation russe qui la bombarde intensément malgré la trêve votée par l’ONU. Une population de 400 000 personnes a vécu une horreur indescriptible au quotidien. Les civils étaient enfermés dans des sous-sols insalubres, avec peu de moyens de subsistance ; le nombre de victimes ayant dépassé les 1700 personnes tuées. Aujourd’hui, les habitants de la Ghouta sont déplacés de force, comme cela s’est auparavant produit ailleurs, à Homs, à Daraya et à Alep…

Les civils de la Ghouta ont fait preuve d’un courage et d’une résilience extraordinaires. Durant les années de siège, ils se sont organisés en comités locaux, ont créé des écoles, des programmes agricoles, se sont même opposés aux groupes armés essayant de palier l’absence de toute infrastructure étatique.

Que reste-t-il de ces expériences citoyennes ? Comment survivre à ce marasme ? Quel sort réserve-t-on aux civils ? Notre 4e escale mettra sous les projecteurs les civils, les oubliés de la Ghouta !

Sur réservation uniquement, réserver sur ce lien.

Programme

16h30 RDV à bord de la « Péniche pour la Paix » sur le Quai Saint-Bernard (Paris 5e)
16h45 Mot d’accueil
17h00 Lumières sur la Ghouta : Table ronde modérée par Catherine Coquio, professeur à l’Université Paris 7, responsable du groupe de recherches « Littérature et savoirs à l’épreuve de la violence politique » ; avec Salam Kawakibi, politiste, président du Centre Arabe de Recherches et d’Etudes Politiques à Paris ; Majd Al Dik, activiste de la Ghouta, président de l’association Nabe’ El Haya (« Source de vie ») et auteur du livre « A l’est de Damas, au bout du Monde » ; Delphine Minoui, journaliste et auteure du livre « Les passeurs de livres de Daraya » ; et  Motaz Morad, un des membres fondateurs du groupe des Shebab de Daraya, et un des responsables de l’ONG Afaq (Gaziantep)
19h00 Repas syrien et discussion avec les intervenants
20h00 Lecture de témoignages de la Ghouta par Aurélie Ruby, metteur en scène et comédienne, et Clémence Laboureau, comédienne, accompagnées au oud et violoncelle
20h30 Concert de musique Jazz oriental en hommage aux habitants de la Ghouta par Stéphane Lambert / Hassan Abd Alrahman (saxophone et oud ou luth oriental)
Tout au long de la traversée : sur le pont, participez à un atelier de création artistique proposé par la réalisatrice Amandine Ferrando, autour du thème de la « frontière » et des « traversées »

Intervenants à la table ronde

Catherine Coquio

Catherine Coquio est successivement maître de conférences à l’université de Pau, puis à l’université Paris-IV où elle soutient en 2000 une habilitation universitaire intitulée « Littératures du pessimisme, nihilisme et utopie critique ». Elle est professeur de littérature comparée d’abord à l’université de Poitiers puis à l’université Paris 8 et, depuis 2012, à l’UFR Lettres Arts Cinéma de l’université Paris Diderot. Elle codirige l’axe « Écrire et penser l’histoire », au sein du laboratoire de recherche Cerilac et anime le séminaire de recherche « Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du “monde” ». Elle a co-organisé le cycle Syrie : à la recherche d’un monde à Paris 7 avec Nisrine Al Zahre, en décembre 2017-janvier 2018.

Salam Kawakibi

Salam Kawakibi est chercheur en sciences politiques, il est président du Centre Arabe de Recherches et d’Etudes à Paris. Ancien directeur adjoint à l’Arab Reform Initiative, professeur associé à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est également président de l’association : Initiative pour une Syrie nouvelle.
Diplômé de troisième cycle en sciences économiques, relations internationales et sciences politiques des Université d’Alep et Aix-en-Provence. De 2009 au 2011, il était chercheur principal à la faculté de sciences politiques de l’université d’Amsterdam. De 2000 à 2006, il a dirigé l’Institut Français du Proche-Orient à Alep. Il est membre du Conseil Consultatif de la Fondation Assemblée des Citoyens et citoyennes de la Méditerranée et membre de la rédaction de la revue Confluences Méditerranée. Il est aussi, président du conseil consultatif de l’organisation Ettijahat pour une culture indépendante. Il est membre du conseil consultatif de the UNU Institute on Globalization, Culture and Mobility (UNU-GCM).

Delphine Minoui

Delphine Minoui est grande reporter au Figaro, spécialiste du Moyen-Orient. Prix Albert Londres 2006 pour ses reportages en Iran et en Irak, elle sillonne le monde arabo-musulman depuis vingt ans. Après Téhéran, Beyrouth, et Le Caire, elle vit aujourd’hui à Istanbul, où elle continue à suivre de près l’actualité syrienne. Son dernier livre, « Les passeurs de livres de Daraya » (Le Seuil, 2017) revient sur l’incroyable histoire d’une bibliothèque secrète dans une banlieue rebelle de Damas, assiégée et bombardée pendant quatre ans par le régime.

Majd Al-Dik

Majd Al-Dik auteur du livre « À l’est de Damas, au bout du monde » (éd. Don Quichotte, 2016). Originaire de la ville de Douma, Majd Al-Dik a interrompu ses études de droit pour s’engager activement dans le soulèvement pacifique au début de la révolution syrienne. Il a été arrêté durant plusieurs mois. À sa sortie de prison, il a créé et dirigé plusieurs centres éducatifs offrant un soutien psycho-social aux enfants dans la Ghouta orientale. Il a également géré un centre de soutien dédié aux femmes démunies qui se retrouvent seules à la tête de leur famille. Il réside en France depuis fin 2014. Majd suit de près les événements de la Ghouta et constitue un témoin clé.

Atelier créatif

Crédit photo : T.M.

Animé par Amandine Ferrando, ce mini-atelier créatif autour du thème « Frontières et traversées », se déroulera sous forme de jeux, d’exercices autour du théâtre et de la performance / Apprentissage de la photographie et dessin / textes / couleurs (durée 30 min, inscription sur place). L’objectif de cet atelier est de penser, écouter, se confronter, expérimenter, incarner, mettre en scène, filmer, photographier, écrire et rendre compte de ce qui se passe dans l’instant. Traverser artistiquement ce qui a lieu ou ce qui pourrait avoir lieu. Percevoir pour mieux retranscrire. Une expérience vivante qui nous rapproche de ce que nous sommes.

Concert

Stéphane Lambert et Hassan Abd Alrahman

Le duo jazz oriental Stéphane Lambert / Hassan Abd Alrahman (saxophones et oud ou luth oriental) se caractérise par le désir de croiser deux cultures musicales différentes : l’une qui s’inscrit dans la grande tradition des musiques orales orientales et l’autre qui s’inscrit dans la grande famille du jazz occidental.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone