Maha Hassan, une femme de lettres syrienne

Maha Hassan

Maha Hassan

Maha Hassan, romancière syrienne, née à Alep. Elle vit à Paris depuis 2004, après avoir quitté la Syrie suite à la répression sanglante de la communauté kurde à laquelle elle appartient. Diplômée en droit, Maha s’est consacrée par la suite à l’écriture de roman. Elle a publié quelques livres avant son départ de la Syrie, et a poursuivi son activité en France. Human Rights Watch lui a discerné le prix Hellman-Hammett en 2005. Cordon Ombilical, son avant-dernier roman, a été sélectionné parmi les six finalistes du prix Booker Arabe. Sans se définir comme une féministe à proprement parler, Maha Hassan défend dans ses romans les droits de la femme dans le contexte arabe. Dans Les filles des prairies (Banât al-barârî), elle traite le problème des crimes d’honneur…

Cordon ombilical (2010)

Cordon ombilical (2010)

Le sujet de la « femme » revient aussi dans Cordon ombilical. Deux personnages féminins vont occuper la scène du roman où l’auteur fait un tissage très important entre Orient et Occident, dont les aspects principaux sont la question de l’identité, l’appartenance, la relation à l’autre, au monde et au sens de la vie. La romancière y aborde également la question de l’identité kurde, en recherche de patrie.Maha Hassan place son dernier roman, Les Tambours de l’amour, dans le contexte de la révolution syrienne. C’est une fenêtre romanesque sur les évènements de cette révolte dans sa première année. Son personnage principal est une femme, une professeure d’origine syrienne qui vit à Paris.
Elle s’implique petit à petit dans la révolution jusqu’à se rendre sur place en Syrie, après 20 ans d’absence. Le récit qu’elle en fait transforme l’œuvre en une sorte de roman-reportage. Nous pouvons y suivre une tranche des évènements et parcourir les différentes réactions qu’elle engendra allant de l’engagement et de l’activisme d’une jeune génération, vive et créative, en recherche de liberté, en passant par les peurs sous-jacentes de ceux qui ont beaucoup perdu dans cette révolution (membres de leurs familles, maisons, etc.), pour finir par la réticence et la méfiance de certains intellectuels pour qui la révolution manque de structure intellectuelle organisatrice…, l’ensemble mêlé à la vie d’un personnage habité par les évènements et la mort causé par la guerre.

Les Tambours de l'Amour (2012)

Les Tambours de l’Amour (2012)

Le monde romanesque de Maha Hassan est souvent peuplé par la présence de personnages attachants, peints avec les nuances que leurs personnalités, riches, dégagent. Nous les aimons à travers la description qu’en fait la romancière, car chacun est perçu sous ses différentes facettes reflétant la complexité de la nature humaine, chacun possédant une particularité attachante.
Les scènes autour des repas, de la tasse de café, du thé, sont très fréquentes dans le monde romanesque de Maha Hassan et nous transportent dans une convivialité typiquement syrienne : l’odeur des plats ainsi que le café et le thé, nous parviennent presque à travers les lignes…
Le style romanesque de Maha Hassan est vif et vivant à la fois. Le lecteur est convié à accompagner une écriture tout en souplesse.

Romans publiés :
– Les Tambours de l’Amour, éditions El-Rayyes, Beyrouth, Liban, 2012.
– Les filles de prairies (roman), éditions El- Rayyes, Beyrouth, Liban, 2011.
– Cordon ombilical, éditions El- Rayyes, Beyrouth, Liban, 2010. (sélectionné sur la liste du prix du roman arabe «Booker»).
– Chants du néant, éditions El- Rayyes, Beyrouth, Liban, 2009.
– Le tableau de la couverture. Les murs de déception sont plus hauts, éditions Nashiron, Syrie, 2002.
– L’infini- récit de l’autre, éditions Al-Hiwar, Syrie, 1995.

Par Rawa Pichetto

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone