Message de la Ghouta #4

Je voudrais vous dire que ce soir je suis bien plus forte qu’hier !
J’ai retrouvé mes forces quand j’ai appris que la nourriture commençait à être distribuée énergiquement par les braves gars de ma Ghouta !
Les enfants ont mangé aujourd’hui.
On a reçu des dons de farine que les jeunes en ont distribué aux femmes pour qu’elles cuisent du pain sur les fours improvisés, au-dessus du bois de chauffage, et nourrir les familles affamées.
Ce qui me réjouit le plus cœur, c’est que quelques médecins ont fait le tour des abris et ont ausculté les enfants, malgré les bombardements intenses et les difficultés pour se déplacer sur les routes.
Les abris ne sont plus tous dans le noir. Des personnes ont fait don de leurs générateurs d’électricité pour l’éclairage. Mais je ne vous cache pas que ce n’est pas le cas pour tous les abris, beaucoup demeurent plongés dans l’obscurité la plus totale.
Beaucoup d’habitants de la Ghouta, mais surtout les enfants, ont organisé une campagne de nettoyage dans les abris et ils ont même aménagé des chambres pour chaque famille.
Ils ont délimité des espaces avec les rideaux et les morceaux de tissus qui se sont volatilisés avec les murs de leurs maisons pendant les bombardements.
Oui, ils ont transformé « la mort en vie » !

ill. Burhan Karkutli


Mais ce qui me réjouit au plus haut point aujourd’hui, c’est cette clémence incroyable qui nous entoure.
Imaginez qu’un missile tombe à coté de votre maison, que vous voyez les éclats de verre partout autour de vous, et que vous constatiez ensuite que ni vous ni aucun membre de votre famille, n’a été égratigné, c’est ça la protection divine !
Qu’un hélicoptère lance un baril explosif, que vous voyez les portes, les fenêtres et meubles voler devant vous yeux, pour découvrir que vous étiez à un centimètre seulement de toute cette destruction, c’est aussi cela la protection divine.
Qu’un obus tombe sur votre chambre une minute après que vous l’ayez quittée, pour une raison quelconque, c’est cela aussi la protection divine.
Croyez-moi, si cette clémence divine n’existait pas, nos morts et nos blessés seraient multipliés par dizaines.
Alors, priez pour nous et croyez en la miséricorde.
Et soyez certains que la Ghouta ne mourra pas.
Si jamais on décidait de nous évacuer d’ici, nous reviendrons en libérateurs avec tous les jeunes braves de la Ghouta.
Grâce au bon Dieu !

Warda Mardini
23/02/18

(trad. par R.A.)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone