Saadallah Wannous, un dramaturge entre Orient et Occident

Saddallah Wannous

Saddallah Wannous

Saadallah Wannous est l’un des plus grands dramaturges de langue arabe. Né en 1941 dans le village Hussein al-Bahr près de Tartous, il poursuit ses études du collège et du lycée dans la ville de Lattaquié. En 1959, il obtient une bourse pour étudier le journalisme à la faculté de Lettres de l’université du Caire. Sa formation terminée, il retourne en Syrie et décroche un poste à la rédaction artistique et culturelle du quotidien Al-Baath, puis pour le quotidien libanais As-Safir. Au début des années 1960, Saadallah Wannous débute sa carrière d’auteur dramatique en écrivant des pièces en un acte : celles-ci s’articulent déjà autour des rapports entre l’individu et la société. Vers la fin de la décennie, il quitte son pays et s’installe quelque temps à Paris où il étudie le théâtre. Lors de son séjour parisien, il fait la connaissance de Genet, et découvre le théâtre de Weiss, de Beckett et de Brecht. Saadallah Wannous revient en Syrie enrichi de nouvelles influences qu’il marie avec les formes d’expressions du patrimoine local.À la fin des années 1970, Wannous participe à la création de l’Institut Supérieur d’Arts Dramatiques à Damas où il travaille en tant que professeur. Il publie la revue Hayat al-Masrah (« la vie du théâtre ») dont il est rédacteur en chef. Profondément marqué par la guerre israélo-libanaise de 1982, Saadallah Wannous interrompt longuement sa carrière de dramaturge, cessant sa production théâtrale pendant une dizaine d’années. Ce n’est qu’au début des années 1990 qu’il reprend l’écriture. Il signe alors une nouvelle série de pièces politiquement engagées. Son implication dans le monde de la création théâtrale arabe se décline aussi bien sur le plan théorique que sur celui de la création artistique. Il élabore une vision théâtrale riche qui, sur fond de récits historiques, dévoile l’idéologie nationaliste dans laquelle baignait le monde arabe et la transformation progressive de ses sociétés en populations surveillées par régimes militaires autoritaires.

L’écriture dramatique de Wannous est fortement influencée par les tendances modernes du théâtre occidental, tout en s’inscrivant dans le prolongement du patrimoine théâtral syrien et arabe. Beaucoup sont traduites dans des langues étrangères. Les plus célèbres sont : Fête pour le 5 juin, Tête du mamelouk Jâbbir, Le roi est le roi et L’éléphant O Roi du temps.
Peu avant sa mort, Saadallah Wannous a écrit deux pièces très importantes où il raconte l’histoire de la ville de Damas au début du XVe siècle, et à la fin du XIXe siècle. Il décèdera des suites d’un cancer à l’âge de 56 ans en 1997.
L’une de ses pièces Rituel pour une métamorphose est entrée au répertoire de la Comédie-Française en mai 2013. Elle a fait l’objet d’une création au Théâtre du Gymnase (Marseille), mise en scène par Sulayman Al-Bassam en avril 2013.

Pour aller plus loin :
film documentaire Il y a tant de choses à raconter, film documentaire d’Omar Amiralay sur Saadallah Wannous.
Dossier pédagogique sur « Rituel pour une métamorphose »

Par Racha Abazied

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone