Syrie : l’exil raconté

Durant trois mois, de juin à septembre 2015, la rédaction d’al-Jumhuriya a publié un article hebdomadaire sur le thème de l’exil. Nous avons décidé de sélectionner plusieurs textes de ce dossier, encore inédits en langue française, en plus de trois autres articles parus indépendamment sur le site sur le même sujet pour les traduire et permettre au public francophone de découvrir l’exil, vécu et exprimé intimement par les Syriens.

Odai al-Zoubi, responsable du dossier avait présenté les raisons qui l’ont poussé à constituer ce dossier avec les auteurs en ces mots :
« Avec la révolution syrienne entrée dans sa cinquième année, l’exil est devenu le thème vedette des titres des journaux pour les Syriens. Aucun Syrien ne peut aujourd’hui penser sa vie sans exil. Chacun de nous a une histoire ou un récit : certains ne sont jamais partis mais vivent un exil intérieur ; d’autres sont partis mais n’ont pas supporté l’exil ; d’autres encore ont accepté l’exil mais, lui, ne les a pas acceptés. Nos amis et nos familles sont éparpillés aux quatre coins du monde. Extérieur et intérieur, identité et immigration, est et ouest, nord et sud… tout se mêle dans ces récits qui ne cessent d’affluer sous des formes nouvelles.
L’exil est une adresse pour celui qui n’en a pas.
L’exil possède des visages et des significations différentes, mais nous insisterons, dans ce dossier, sur le particulier et le privé. La révolution n’a pas encore réalisé ses objectifs, mais elle a ouvert la porte à la parole, longtemps confisquée dans le royaume du silence. Nous voudrions que les Syriens puissent s’écouter les uns les autres et qu’ils réfléchissent sur leur sort, situation, leurs espoirs et peurs.
La parole atténue le poids de l’exil et l’apprivoise. »

oraison_funebre_ill le_stigmate_de_lexil_ill e:spoolordersmic3248_7405181.tif
Oraison funèbre Le stigmate de l’exil Je planterai les poivrons
mais_je_voudrais_etre_la-bas_ill si_je_mourrais_soudainement_ill le_lion_des_fourmilles_et_la_chatte_damascene_ill
Être où je veux… Ici comme là-bas Si je mourrais soudainement Le Lion des fourmilles et la chatte damascène
Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone