Deraa, âme de la révolution

Deraa, printemps 2011
« Bachar el-Assad, dégage ! » taguent-ils sur les murs de leur école, avant de parader dans la ville : « Hourya, Hourya ! Liberté, liberté ! ».
Les seize jeunes disparaissent sur-le-champ, les parents implorent le chef des services de sécurité de Deraa, cousin de Bachar el-Assad, de relâcher leurs enfants.
« A une seule condition, répondit celui-ci : que vous me rameniez leurs mères et leurs sœurs pour que j’en profite en échange… » Les manifestations de colère éclatent à la sortie de la mosquée el-Omari, les forces de l’ordre tirent sur la foule, quatre personnes y laissent la vie…
Aussitôt, des manifestants se regroupent dans la mosquée et réclament liberté et dignité pour les syriens, certains dressent même des tentes et déclarent un sit-in ouvert dans la cour de la mosquée jusqu’à ce que leurs demandes soient entendues…
Les forces de l’ordre réagissent et les civils tombent par dizaines, puis par centaines, et plus tard, par milliers…Les funérailles qui partent de la mosquée el-Omari se transforment en rassemblement et manifestations pacifistes contre les humiliations, la brutalité du régime et les slogans qui avaient amusés quelques jeunes s’inscrivent dès lors sur les murs de la ville dans le sang.

Deraa est une ville qui proteste encore, qui résiste, une ville dont l’âme est pétrie du sang et de la chair de ses habitants au fil des massacres, une tuerie après l’autre…

omari

Deraa, Printemps 2013
Les chars du régime « abattent » le minaret de la mosquée el-Omari, construite à l’époque du deuxième Calife Omar Bin al-Khattab (13-23 de l’Hégire = 634-644), qui remonte à l’époque proto-islamique.
Elle est considérée comme appartenant aux plus anciennes mosquées de l’Islam. La destruction de la mosquée Omari, symbole de la naissance de la révolution, fera la Une pendant quelques jours, on pensera à Deraa et ses 16 enfants, puis peut-être tomberont-ils dans l’oubli…
Mais, l’humanité aura, entre temps, perdu un peu plus de son âme !

Par Rania S. G.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Email this to someone